Les Diabaté

Les Diabate-balafonistes vers 1980. Le petit garçon au milieu, c'est moi
Les Diabate-balafonistes vers 1980. Le petit garçon au milieu, c'est moi

Le premier Diabaté (en origine "i jemba te" = tu es insurpassable) est mentionné dans l'épopé «Sundjata» (13ième siècle)*. Nous sommes toujours restés fidèle à notre profession et s’est la raison pour laquelle un grand nombre de Diabate fait partie des meilleures représentants de la scène musicale de l’Afrique de l’Ouest. Les Diabate du Nord-Ouest- de l’aire linguistique «mande» (Mali, Sénégal) jouent surtout le «kora» tandis que nous du Sud-Est (Guinée, Cote d ‘Ivoire et Burkina Faso) jouons plutôt le «balafon».

 

De la même façon que chez d’autres peuples africains chez nous aussi certaines professions sont le privilège et un devoirs réservés à déterminés clans / dynasties). La formation se passe strictement à l’intérieur des clans. Les outsider ne sont pas acceptés. Une de ces professions est la «JELIYA» On ne délivre point des certificats. La preuve de pouvoir exercer la profession est le nom de la famille. Le savoir faire doit être prouvé toute la vie durant.

 

Les plus grands Diabate-balafonists vivent parmi les Toussian, Sambla et Siamou. 

 

*voir David C. Conrad (ed): SUNJATA, Hackett Publishing Company Indianapolis/Cambridge, 2004 (pages 46-51)